L’huile de Moringa en phytothérapie

dreamstime_s_32058575La récolte des graines de Moringa se fait deux fois par an, en avril-mai et septembre-octobre. Les graines mûres contiennent environ 40% d’huile de grande qualité, dont environ 70% d’acide oléique. Sa composition chimique est proche de celle de l’huile d’olive. Aussi connue sous le nom d’« huile de ben », elle peut être utilisée comme huile végétale comestible et comme huile de cuisson.

Les caractéristiques organoleptiques de l’huile varient en fonction du terroir et des pratiques agronomiques, de la variété et du stade de maturité à la récolte.

Composition en acides gras Pourcentage Type d’acide gras
Acide oléique 70% insaturé (oméga 9)
Acide palmitique 9,3 saturé
Acide béhénique 8,6 saturé
Acide stéarique 7,4 saturé
Acide myristique + saturé
Acide lignocérique + saturé

 

En phytothérapie, l’huile mise en capsules, présente de nombreux intérêts nutritionnels.

gelulesCholestérol, diabète et système cardiovasculaire

L’huile de Moringa est naturellement riche en acides gras, tout particulièrement en acide oléique, un acide gras mono-insaturé de la famille des oméga 9, que l’on retrouve principalement dans l’huile d’olive. Les propriétés des oméga 9 sont connues depuis l’Antiquité par les Grecs et les Romains qui utilisaient l’huile d’olive dans leur alimentation et pour la préparation de soins cosmétiques. Aujourd’hui encore, les bienfaits de l’huile d’olive, et donc des oméga 9, font le succès de la cuisine méditerranéenne et sont reconnus par les nutritionnistes, notamment pour leur capacité à réguler le cholestérol. Ces acides gras améliorent les taux de lipides de l’organisme et contribuent à prévenir l’accumulation de graisses abdominales, le syndrome métabolique et le diabète. L’acide oléique peut également contribuer à faire baisser le taux de LDL (mauvais cholestérol) et à élever le taux de HDL (bon cholestérol). Plusieurs experts estiment qu’un régime alimentaire riche en gras monoinsaturés (oméga 9) peut contribuer à réduire le risque de souffrir de troubles cardiovasculaires.

Pour l’Institut français de la nutrition, une bonne alimentation doit comporter 25% d’acides gras saturés (d’origine animale ou végétale), 50% d’acides gras monoinsaturés (huile de moringa, huile d’olive, de colza, graisses d’oie …) et 25% d’acides gras polyinsaturés (huile de tournesol, de carthame, par exemple).

 

Energie

Les acides gras saturés (AGS) sont notamment constitués d’acide laurique, myristique et palmitique, aussi appelé oméga 7, qui est un puissant protecteur des alvéoles pulmonaires (donc très utile dans les cas d’insuffisances respiratoires, asthme et emphysème). Les AGS sont indispensables au bon fonctionnement de notre métabolisme. Ils constituent la principale source d’énergie mise en réserve par le corps, notamment pour le cœur qui est entouré de graisses saturées. Sans ces AGS, le calcium est incapable de se fixer correctement dans les os. Ils permettent aussi de retenir les oméga 3 dans les tissus et protègent l’organisme contre certains germes pathogènes intestinaux, comme Candida Albicans. Mais ce n’est pas tout. Ces AGS activent le système immunitaire, favorisent la production d’un grand nombre d’hormones et participent au bon fonctionnement du cerveau (qui en contient plus de 50%). Dans l’alimentation, les AGS proviennent des graisses animales comme les viandes, les œufs, les charcuteries et le beurre, mais aussi de certains végétaux comme l’huile de moringa, l’huile de palme ou la graisse de coco.

 

Nutrition et fermeté de la peau

dreamstime_xs_43054360L’huile de Moringa est naturellement riche en acides gras, tout particulièrement en acide oléique, de la famille des oméga 9, particulièrement bénéfiques pour la peau.

L’acide oléique est l’acide gras à longue chaîne le plus abondant de notre organisme, on le retrouve surtout dans le sébum de notre film hydrolipidique qui constitue la barrière protectrice de notre peau. L’acide oléique renforce le film hydrolipidique pour aider au maintien de l’élasticité, de la souplesse et de l’hydratation de la peau. De plus, sa richesse lui confère des propriétés nourrissantes et protectrices permettant de soulager rapidement les peaux très sèches ou desséchées par l’exposition solaire, le vent, les changements de température.

Récemment, des études ont mis en évidence les propriétés réparatrices et cicatrisantes de l’acide oléique. Plus précisément, il a été montré qu’une application sur la peau de cet acide gras accélère significativement le processus de cicatrisation et ce de façon plus efficace que les acides α-linoléiques (oméga-3) et les acides linoléiques (oméga-6).

Les huiles riches en acide oléique conviennent donc particulièrement aux peaux sèches et plus spécifiquement aux peaux matures dont le film hydrolipidique est fragilisé en raison de la diminution de l’activité des glandes sébacées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *